Capture d_écran 2017-05-21 à 18.40.13Derrière un visage calme et serein, à l’expression parfois indéchiffrable pour ceux qui ne le connaissent pas, se cache un artiste qui du haut de ses 29 ans a déjà expérimenté plusieurs moyens d’expression:  le rap, le théâtre, ou encore la danse Hip Hop & Dancehall, grâce à laquelle il fait ses premières expériences scéniques.

Mais la musique est « la » façon d’exister de Raylika.  Issu d’une famille d’origine ivoirienne et plutôt religieuse, il apprend  à maitriser sa voix en chantant dans la chorale de son église, et trafique le dictaphone de son père pour bricoler tout seul ses premiers multi-pistes.

Raylika est un jeune homme débrouillard et versatile. Il compose ses premières instrumentaux et est admis dans le groupe de gospel New Gospel Family. Il sillonne la France et multiplie scènes et émissions en tant que choriste. Il accompagne de nombreux artistes: NJ, Monsieur Nov, DadjohClapsomatic, mais aussi Stevie Wonder ou David Guetta,…. « Être choriste, c’est un peu comme être en stage. On apprend la rigueur, on observe l’artiste, sa façon de bouger et sa discipline, et on se projette à travers lui »

Il court après la difficulté, cherche à sortir de sa zone de confort: « J’ai besoin d’être challengé, d’être entouré de voix qui me donnent envie de me dépasser ». Soucieux de séparer spiritualité et pratique du chant, il intègre finalement la chorale We Are One, dont il apprécie le côté « United Colors of Benetton ».

En parallèle, Raylika ne cesse d’écrire, avec son petit frère guitariste. Il lit beaucoup. Pour rester inspiré et se renouveler, sa technique est originale:  écouter tout ce qui vocalement est le plus loin possible de son style: de la pop indie, du reggae… Au gré des séances d’enregistrement et des rencontres, il comprend qu’il ne faut pas se laisser scléroser par son perfectionnisme, qu’il faut se jeter à l’eau. Il décide alors de se lancer en solo, et apprend toute la chaîne de production d’un morceau sur le tas. Soucieux de montrer aussi sa créativité à l’image, il soigne également son identité visuelle à travers ses clips, qui mettent en scène un jeune homme au style chic et moderne, mêlant mode anglaise et africanité assumée.

Sorti en novembre 2016, l’EP « Panta Ray » est une collection éclectique de sept morceaux arrangés par plusieurs beatmakers parmi lesquels Adrian Waives, Remi Pee, Heaven Boy. Le titre de l’EP est un détournement de  l’expression « panta rhei » utilisée par le philosophe grec Héraclite d’Ephèse (VIème siècle av JC), qui signifie « en mouvement perpétuel », en accolant à « Panta » (qui seul, signifie « toujours »), son nom de scène « Ray ». Une façon de traduire sa vision de l’art et de la vie en général: tourné vers le futur,  il se nourrit du changement, mais n’oublie pas d’où il vient, et reste  » Toujours Ray ».

Sur « Panta Ray », Raylika fait un grand écart: entre la douceur sucrée de la pop, avec « La Danse des Illusions« , le r&b avec Je T’ai Promis,  et l’incisivité de la trap, sur le très street  » Invictus« . Il ose également une incursion dans l’électro-soul avec Lettres d’or, et ajoute une touche dansante et ensoleillée, rendant par la même occasion hommage à ses origines africaines avec le joyeux « Toboggan » . Dans toute cette diversité de sonorités et de couleurs, le fil conducteur se trouve dans le principal thème abordé: la résilience, face aux déceptions, aux bouleversements de toutes sortes. De son timbre doux et chaud, à coup de « runs » et de « riffs » typiques de la soul, dont la fluidité et l’originalité des motifs laisse deviner les heures qu’il a passées à écouter Stevie Wonder et Brandy, Raylika martèle que tout passe et qu’il ne faut cesser d’avancer.

Des chaleureux messages qu’il reçoit au sujet de cet opus, où on le compare beaucoup à Corneille, Raylika déduit que « les gens sont finalement assez fans de r&b. C’est un style intemporel, qui plaît même aux jeunes qui n’y sont pas exposés ». Pourtant, il n’a pas forcément l’intention de continuer dans cette voie: « Je n’ai pas envie d’aller vers des choses trop évidentes, par rapport à ce que l’on attend de moi. En termes de musicalité, je suis beaucoup plus proche de la pop que ce que les gens imaginent. »

Suivez l’actualité de Raylika sur Facebook, Instagram, et Youtube

EP Panta Ray disponible sur Itunes, Deezer & Spotify

Publicités